18 rue Auguste Lamey, 67000 Strasbourg
03 88 52 95 95
contact@seppia.eu

Vermisst, portés disparus

Vermisst, portés disparus

Parmi les 130 000 Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l’armée allemande, 10 500 ont « disparu », quelque part à l’Est de l’Europe. Des vies brisées et pour les familles, des questions sans réponses.

Ils étaient plus de 130 000 Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l’armée allemande, dans une Alsace-Moselle annexée de fait depuis 1940. De jeunes vies précipitées dans la guerre, entre la Norvège, la Roumanie, la Pologne, la Russie.

10 à 12 000 d’entre eux ont disparus au front ou dans les camps soviétiques… des vies brisées et pour les familles, des questions sans réponses.

65 ans après la fin de la guerre leurs veuves, leurs enfants, frères, sœurs, neveux  ou nièces sont toujours sans nouvelles de ces milliers de soldats Alsaciens et Mosellans disparus, le plus souvent derrière l’ancien rideau de fer.

Que sont devenus ces maris, pères, fiancés ou frères ?

Ils sont nulle part, disparus,  quelque part à l’Est de l’Europe, dans les Balkans, en Autriche,  en Italie,  le plus souvent sans sépulture.

L’espoir d’un retour s’est évanoui, mais comment avancer avec ces trous dans les histoires familiales ?  Comment faire le deuil d’un disparu ? A travers d’émouvants  témoignages le film  « Portés disparus  » de Monique Seemann et Laurent Lutaud nous raconte la difficulté de vivre avec ces blessures de la mémoire.