EnFin, la grande mosquée

Depuis 20 ans, les musulmans de la ville de Strasbourg se mobilisent pour avoir enfin un lieu de culte respectueux et digne pour pratiquer leur religion.
Athis, Habiba, Abderrahim, Houssem, Bocar et beaucoup d’autres fidèles, des femmes et des hommes d’horizons différents, racontent l’histoire de la grande mosquée et, parfois, comment celle-ci a pu changer leur vie.

L’espoir exprimé par les fidèles ne dissimule pas les limites d’une intégration par la reconnaissance de leur foi, ni les peurs et les méfiances que celle-ci peut engendrer dans la société française.

Un goût d’ailleurs

Cette population est arrivée pour diverses raisons, souvent pour travailler, parfois après la fuite d’un pays où il devenait difficile de vivre.

Chacun des épisodes de cette série offrira au spectateur une immersion dans le quotidien de son voisin, d’origine et de culture différente. A travers un prisme temporel nous reviendrons sur des moments particuliers de son histoire, et sur l’interprétation de l’art de vivre.

Ceux du cinéma

Ceux du cinéma embarque le spectateur au quotidien méconnu de celles et ceux, qui, avec passion et ténacité, ont accepté les règles exigeantes du monde actuel du cinéma.

Décorateur, armurier, électricien ou régisseur, Valérie, Gilles, Estelle et Michaël travaillent pour le cinéma en Alsace. Filmés sur une période de trois ans, enchaînant les téléfilms, les séries et les fictions, ils racontent leur quotidien et transmettent leurs parcours.

Les ambiances de tournage, la fatigue, le statut d’intermittent, le fait de travailler dans un univers artistique à la fois valorisé et intransigeant, Valérie, Gilles, Estelle et Michaël parlent sans retenue, suivis au plus près par la caméra, au fil des projets.

Sur les plateaux de tournage, dans les coulisses de l’organisation, dans les ateliers de fabrication, Ceux du cinéma propose une immersion transversale, à la fois professionnelle et sensible, d’un tournage à l’autre, d’un technicien à l’autre, d’un métier à l’autre.

 

Voyage entre Sol et Terre

Claude et Lydia Bourguignon, ingénieurs agronomes, proposent de revisiter toute une série de pratiques agricoles. Ils étudient le sol plus encore que la terre et ils passent les deux tiers de l’année à le fouler en France et à l’étranger et à y creuser des trous.

Ils observent, sentent, goûtent la terre avant d’en extraire des échantillons à différentes profondeurs sur lesquels ils effectuent des réactions chimiques sur place pour en définir la composition.

Puis, ils les étudient au microscope dans le coffre de leur véhicule tout terrain avant de les ensacher pour une observation plus précise dans leur laboratoire en Bourgogne. Leurs conclusions vont bien au-delà de la simple production.

Randonnées sans frontière

Dans les différents épisodes de cette série documentaire, tour à tour, nous enjambons les frontières, les suivons et partons à l’aventure afin de découvrir les paysages et les savoir-faire de nos régions et de celles de nos voisins européens (Allemagne, Belgique, Suisse,  Autriche).

Cette découverte se fait à pied, en canoë ou à vélo, toujours à travers des modes de déplacement respectueux de la nature. Le spectateur bénéficie avec cette série d’une vraie expérience de découverte de ces routes de randonnées. Des marcheurs, des guides, des artisans, des cuisiniers, des naturalistes ou des amoureux de la nature, des cueilleurs de champignons et autres délices nous accompagnent successivement le long de ces sentiers.

Beyond

Clip tourné dans le cadre de la promotion de la Convention 108 par le Conseil de l’Europe. Cette convention vient compléter la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales en établissant un cadre juridique global pour la protection de la vie privée et des données à caractère personnel.

Cette courte fiction raconte les déambulations et manipulations d’un hacker au cœur d’une matrice informatique, avant que la Convention 108 ne lui ferme les accès. Les effets spéciaux et le scénario permettent de matérialiser le réseau internet, la circulation et le vol des données.

Mission paradis

Le paradis est un monde, le paradis est un monstre, un doux rêve qui ne s’éteindra jamais. Les mythes universels ne meurent pas. Ils bougent, évoluent, se transforment, empruntent les chemins les plus imprévus puis renaissent. Parfois moqueurs. Rêve perdu et utopie tenace, l’Eden n’a cessé d’irriguer l’imaginaire des peuples et n’a jamais perdu son pouvoir de fascination.

« Mission Paradis » se propose humblement d’en restituer quelques éclats, quelques traits marquants, surprenants, émouvants, parfois insolites, décalés ou cocasses.

Ce documentaire est une quête fantaisiste, incongrue, celle du Jardin des Origines, d’un éventuel paradis terrestre… Mais dans ce film il s’agit aussi de reprendre l’enquête à sa source pour comprendre à la fois la force de ce mythe universel, ses représentations dans les différentes civilisations du monde, et sa permanence.

Un dernier été dans le Caucase

Samucha vit dans les montagnes de Géorgie, au pays des Touches, un peuple de bergers du Caucase. Cavalier hors pair, musicien, chanteur, il semble tout droit sorti d’un western… Avec ses deux fils David et Kwiria, il passe l’été dans les hauts pâturages du Caucase, avec leurs 1600 brebis en liberté.

A près de 4000 mètres d’altitude, la nature et les animaux rythment la vie de ces hommes. Vivant dans des abris de fortune, leurs conditions de vie sont rudes. L’élevage et la fabrication de fromage sont leur seul gagne-pain.

Vers la fin de l’automne, avant que n’arrive la première neige, les troupeaux doivent quitter les alpages et redescendre dans la vallée. A pied ou à cheval, ils traversent les monts du Caucase et bravent les intempéries des semaines durant.

Pour Samucha, cet été sera certainement le dernier. Il a décidé de se retirer et de transmettre son troupeau à ses fils. David et Kwiria pourront-ils continuer à mener la vie de leur père ? Une histoire de transmission d’un mode de vie ancestral, dans les paysages somptueux de cette région du Caucase.

Il était une voie

Dans ce projet documentaire, il y une voie principale : le chantier avec ses ouvriers et leurs curieuses machines et puis il y aussi et surtout des chemins de traverses : les riverains et même les ouvriers du chantier dans leur quotidien, leur intimité.Dès les premières minutes, le commentaire en voix off distillera une atmosphère qui pourra être en phase, mais aussi en rupture, avec les personnages du documentaire, qu’ils soient riverains ou ouvriers du chantier. Sur la voie en construction mais aussi autour du chantier mobile, le déplacement des machines comme des personnages doit être permanent à l’image. Le chantier avance au rythme d’un kilomètre par jour. Les mains sont toujours occupées, les visages comme les engins sont filmés de très près. On entend souvent les ouvriers en voix off alors qu’ils s’affairent à leurs tâches respectives. Certains d’entre eux posent même pour l’objectif à chaque début ou à chaque fin de séquence qui leur est consacrée, comme les pionniers du rail au 19ème siècle. Ces visages marqués, burinés, constitueront ainsi, au fil du documentaire, une galerie de portraits qui symboliseront la mémoire du chantier de la LGV. Tous les paysages extérieurs comme les voie ferrées, le centre de contrôle TGV, les villages, les hameaux ou les champs sont filmés de jour comme de nuit. Ces paysages mettent en valeur la beauté visuelle de la future ligne LGV et permettent de relier les personnages entre eux, de les situer géographiquement . Enfin, il y a ce train TGV qui roulera à plus de 300 km/heure dans 1 an et que l’on ne verra jamais dans le documentaire sauf… en chantier dans les ateliers d’Alstom à Belfort. Cette motrice «matrice» est au coeur de toutes les attentions, de toutes  les pensées, mais restera invisible… Seul le son, impressionnant qu’elle produit à cette vitesse, apparaîtra dans les dernières secondes du documentaire.

Les Nomades du Cercle Polaire

Josef conduit son char depuis maintenant trois jours et trois nuits. Il va chercher les enfants de plusieurs familles « Komi » pour les emmener à l’école. Les Komis sont une minorité vivant autour du cercle polaire, des deux côtés de l’Oural. Comme chaque année, ils sillonneront l’Oural d’Europe jusqu’en Asie avec leur troupeau de rennes, leurs tchoums (tentes coniques en peau de renne) et leurs traîneaux, tout ce qu’ils possèdent.

Kapitalisme, notre recette secrète

Imaginez que Ceausescu ressuscite et revienne dans son propre pays 20 ans après sa mort ! Il commencerait par rencontrer ses ex-généraux, membres du parti et leurs enfants, qui sont aujourd’hui les entrepreneurs de la Roumanie. Il comprendrait alors que ses “descendants” ont rapporté le capitalisme, développé le business avec l’union européenne et préparé l’admission de 2007 ! Ce film tentera de montrer à travers une investigation insolite “dans la peau de Ceaucescu”, quelle est la réalité que les citoyens d’Europe de l’Est vivent dans leurs pays.

Éco-Crimes : Tibet connection

Saviez-vous que le commerce des peaux et os de tigres rares est plus rentable que celui de l’héroïne ?

L’union et la force

L’Europe n’a jamais progressé que dans la crise. En quelques mois, l’Europe a dû faire face à une  série de crises majeures auxquelles elle a essayé de répondre d’une seule voix : Elle a montré qu’elle pouvait être une puissance. Mais l’essai reste largement à transformer à Gaza où elle n’a joué aucun rôle, et semble être retombée en léthargie avec la présidence tchèque de l’Union. A travers les contributions de nombreux acteurs majeurs de l’Europe politique, ce film interroge le rôle et l’avenir de l’Europe à la veille des élections législatives de 2009.

PAROLES DE SOURDS, de l’isolement à l’intégration

En suivant la vie quotidienne de jeunes sourds, ce film documentaire veut montrer que l’intégration des sourds est possible, grâce à de nouvelles techniques de communication…

TRAVAILLER POUR 110 EUROS PAR MOIS

En avril 2005, le Directeur de l’entreprise Sem-Suhner à Schirmeck déclenche un scandale en France en adressant à 6 employés licenciés une proposition de reclassement en Roumanie, pour un salaire mensuel de 110 euros bruts. Une proposition absurde devient dans ce film le moteur d’un véritable échange entre Français licenciés et Roumains nouvellement embauchés.

CLARA B.

Réalisé à partir d’images d’archives, Clara B. est un portrait fictif d’une femme photographe née au début du 20ème siècle à Strasbourg. Rebelle et anticonformiste, elle est déterminée à vivre la vie qu’elle s’est choisie malgré sa famille et l’ordre établi. Par son métier, elle est un témoin sensible des péripéties de l’histoire européenne. Une réflexion sur les images et la mémoire du 20 ème siècle.

Comment nous sommes tous devenus Américains

Qui veut découvrir l’Amérique n’a pas besoin de voyager loin. Il suffit d’un tour d’Europe, les yeux ouverts, l’esprit sans préjugé, la mémoire rafraichie par quelques images : le film propose une enquête historique et politique en Europe sur la mise en place et le maintien de l’influence des Américains depuis l’instauration du plan Marshall en 1947. Le film qui enquête dans différents pays d’Europe sur les signes et les réseaux d’influence, est étayé par les témoignages de personnalités historiques ou emblématiques et de nombreuses archives audiovisuelles

Et Dieu créa… le foot

Le « Peladão », le plus grand tournoi de football amateur du monde, rassemble à Manaus, en plein cœur de la forêt amazonienne, les deux passions des Brésiliens : le foot et les femmes. Le Peladão est une compétition unique réunissant des dizaines de milliers de footballeurs et des centaines de reines de beauté. À travers les rêves de gloire ou de victoire des uns et des autres, le film propose un regard étonnant sur ce microcosme de la société brésilienne.

LA FAMILLE KEBAB

Hülya et Mustapha sont tous deux immigrés turcs, elle en Allemagne, lui en France. Ensemble, ils ont créé une entreprise de fabrication en gros de kebab. En deux ans, ils sont devenus cinquième sur le marché européen du Kebab. Au cœur de l’Europe, une « success story » sur fond d’intégration et de mondialisation.

DE SI BONS AMIS, 40 ans de relations franco-allemandes

En dévoilant ce que pensent, aujourd’hui, ceux qui participèrent aux sommets franco-allemands, le film nous fait prendre conscience que, si elle est unique, l’histoire des rapports franco-allemands  n’a jamais été simple.
Ce qui, à l’heure actuelle, peut faire figure de routine et d’évidence dans les rapports entre les deux pays ne l’a pas toujours été. C’est à des hommes exceptionnels, ayant souvent bravé l’opinion majoritaire de leur temps, que l’on doit cet axe franco-allemand qui, malgré les crises et les critiques, reste un moteur essentiel pour l’Europe. C’est sur des rencontres plus affectives qu’il n’y paraît entre des personnalités souvent très différentes qu’ont pu se fonder la réconciliation et l’amitié franco-allemande : Charles de Gaulle et Konrad Adenauer – les artisans du traité de l’Élysée –, Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, Helmut Kohl et François Mitterrand…

LA CHINE DANS LE MIROIR DU SALON

Les rues de Shanghai, Beijing ou Canton, sont envahies par une nouvelle avant-garde. Son étendard est la mode et son uniforme est signé Dolce et Gabbana, Adidas, ou Mango. Les mots d’ordre de cette révolution sont modernité et business et ses slogans sont publicitaires. Aurions-nous raté une nouvelle « révolution culturelle » ?