Sur la voie de Barbara H.

C’est l’histoire d’un concours de chant, un concours international d’art lyrique présidé par Barbara Hendricks,  à Strasbourg. Ils s’appellent Katherine, Stéphane, Sara, Maurizio, Alexei, Jo Hee, Helena, Any, Wang, Öykü ou encore Zidovia. Ils viennent des quatre coins du monde. Ils sont 24 candidats au départ, triés sur le volet parmi des centaines de dossiers. Ils seront 16 pour la demi-finale et 8 pour la finale..

Jephtha

Le sacrifice de l’enfant par le père est un des grands mythes fondateurs de nos civilisations. Depuis Abraham et Isaac jusqu’à Agamemnon et Iphigénie en passant par Idoménée et son fils Idamante, on ne compte plus ces figures légendaires. Jephté fit le vœu imprudent d’offrir à Dieu le premier être vivant qui s’offrirait à sa vue. Ce fut Iphis, sa fille unique ! Les compositeurs devaient trouver dans ce sujet une source inépuisable d’inspiration, l’exaltation, la colère, l’impuissance et la résignation leur donnant l’occasion de varier à l’envi les atmosphères. Haendel a-t-il jamais été plus bouleversant que dans cette œuvre ultime.

Le parlement de musique

De Franz Xavier Richter sera donné un Te Deum inédit, sauf erreur, dans lequel nous saurons retrouver les qualités d’un compositeur qui a su concilier la rigueur du contrepoint hérité de Fux, le brillant de l’École de Mannheim et les foucades propres à ce courant venu d’Allemagne du Nord que l’on nomme Empfindsamer Stil (« style sensible »), prompt aux changements d’éclairage imprévisibles destinés à traduire le flux et le reflux des passions. Il ne fait aucun doute que Martin Gester, qui sait conjuguer, dans les répertoires qu’il aborde, élan, ferveur et subtilité, devrait faire merveille dans des œuvres où l’idiome classique est plus chahuté qu’on ne le croit. Il convient de saluer au passage la ténacité de ce chef, qui s’attache, avec beaucoup de détermination, à faire connaître les compositeurs actifs à Strasbourg au XVIIIe siècle, tels Jacques Antoine Denoyé (Messe à grand chœur et symphonie, Ambronay, 2008) ou, justement, ce Richter incompréhensiblement négligé par les interprètes, quand les quelques œuvres qui surgissent ponctuellement au catalogue d’éditeurs courageux prouvent qu’il s’agit d’un compositeur passionnant, comme l’atteste l’impressionnant Fuga e Grave en sol mineur qui illustre ce billet, trop marqué par l’Empfindsamer Stil pour être, à mes yeux, attribué à Hasse.

La Paloma

Comment une petite chanson cubaine, née au 19ème siècle, est devenue une Grande Dame de la Pop Music au 20e siècle. Pour raconter l’histoire de l’une des chansons les plus populaires, un grand voyage à travers le monde et d’innombrables archives filmiques et sonores, sur les lieux passés et présents de la Paloma : Espagne, Cuba, Mexique, Allemagne, Roumanie, Zanzibar, Hawaï…

I MUVRINI, Lettre à un frère

Voilà un film qui porte un regard nouveau sur l’un des personnages les plus emblématiques de la Corse : Jean-François Bernardini du groupe I Muvrini. Le propos de ce film est d’autant plus étonnant qu’il nous vient d’un réalisateur, Francis Guthleben, originaire d’une terre, l’Alsace, qui a connu des vicissitudes de l’histoire semblables à celles de la Corse.

Chronique d’un atelier de chant très international

Les Jeunes voix du Rhin constituent, pour un an, un groupe de chanteurs lyriques à l’Opéra du Rhin. La troupe de ces huit professionnels –moyenne d’âge 28 ans- effectue sa rentrée au théâtre de la Manufacture à Colmar, en Alsace. Sélectionnés par un jury, ils pourront profiter d’un programme pédagogique exigeant, et ainsi participer à la réalisation de plusieurs spectacles. Nous allons les suivre à l’occasion de leur épanouissement artistique et personnel. Le film documentaire suit  durant dix mois, ces huit artistes de différentes nationalités, dans leur apprentissage de la scène, de ses techniques et des langues. Le croisement des destins des jeunes chanteurs venus d’horizons, d’écoles et de formations différents est l’objet de la réflexion et de l’observation filmique de la réalisatrice. Les auditions