Nous restaurons l’église St-Pierre-le-Jeune

La Paroisse de St Pierre Le Jeune vient de commencer des travaux visant à restaurer l’Église et ses nombreuses fresques murales. Cette restauration s’étalera sur une dizaine d’années et c’est Pierre-Yves Caillaut, Architecte en Chef des Monuments Historiques accompagné de Matei Lazarescu, restaurateur de peintures murales, associé à la maîtrise d’œuvre dans le suivi technique du chantier, qui en seront responsables. 

À l’occasion de cette restauration, Seppia a réalisé le contenu web du site de la paroisse et installé sur place la signalétique permettant aux visiteurs de comprendre l’importance de ces travaux.

Scannez les QR-codes et survolez les tags NFC pour découvrir l’histoire des fresques et leur réhabilitation en images, grâce aux explications d’historiens de l’art et de spécialistes de la restauration.

Ce projet a reçu le soutien de Strasbourg-creative en 2013.

La terre des ders

Ce que les archéologues fouillent ressemble à un instantané, une scène de guerre figée. Le souffle de l’impact qui a fait effondrer la galerie est encore visible. Au début des fouilles, 21 hommes gisent encore sous les décombres.

Les traces de la Grande Guerre suscitent l’attention des archéologues depuis les années 80. Ils se retrouvent en prise directe avec une mémoire vive, une dimension nouvelle pour eux.

Les ateliers de la Seigneurie

Fort d’un patrimoine diversifié et de qualité, le Territoire de Barr-Bernstein a fait le choix de valoriser, non pas une thématique ou un site en particulier, mais l’ensemble de son territoire et de ses composantes : les 20 communes, l’architecture (civile, fortifiée, religieuse), les artisans et leur savoir-faire, la viticulture, les personnages historiques locaux.

L’objectif est de faire découvrir les patrimoines du territoire de Barr et de Bernstein sous l’angle des artisans, qui les ont construit, façonné, modelé ainsi que des matériaux, qu’ils ont utilisés, expérimentés, assemblés et transformés.

Le Défi des bâtisseurs, un projet transmedia

Lancer le Web-documentaire >

Versant « transmédia » du film, « le Défi des bâtisseurs » se décline jusque dans votre poche !

D’une part sur le Web, dans un web-documentaire « gamifié » permettant de créer votre seconde tour à la cathédrale de Strasbourg.

D’autre part sur téléphones mobiles via l’application dédiée, pour une visite interactive des hauts lieux de l’architecture gothique du bassin rhénan !

Télécharger l’application mobile

Le bureau du Webdoc "Le Défi des bâtisseurs"

Le Défi des bâtisseurs

Le film raconte l’histoire de ces fameux maîtres d’œuvres qui, travaillant dans toute l’Europe sur différents chantiers, ont contribué à édifier l’un des joyaux de l’architecture gothique et le plus haut monument de la Chrétienté jusqu’au 19ème Siècle : la Cathédrale de Strasbourg.

Pour raconter cette grande aventure humaine, ce docu-fiction combine à la fois enquête, reconstitutions historiques, entretiens et images de synthèse. L’enquête est menée auprès d’historiens et de spécialistes contemporains, mais aussi dans le passé, en allant interroger les maîtres d’œuvre qui ont participé à la construction de l’édifice. Ces architectes, dont Erwin de Steinbach est le représentant le plus célèbre, sont incarnés par des comédiens dans des séquences de fiction.

À travers eux, se révèlent les secrets de fabrication de cette prouesse architecturale, mais aussi la vie des maîtres d’œuvres, l’organisation sociale du chantier, le jeu des influences et le rayonnement européen du projet, enfin le contexte politico-religieux dans lequel il se développe.

Un goût d’ailleurs

Cette population est arrivée pour diverses raisons, souvent pour travailler, parfois après la fuite d’un pays où il devenait difficile de vivre.

Chacun des épisodes de cette série offrira au spectateur une immersion dans le quotidien de son voisin, d’origine et de culture différente. A travers un prisme temporel nous reviendrons sur des moments particuliers de son histoire, et sur l’interprétation de l’art de vivre.

Ils étaient comme à la recherche de rêves perdus

La décentralisation théâtrale est d’une certaine manière à la fois achevée et réussie si on considère l’impressionnant réseau d’établissements culturels qui couvre le territoire. Mais paradoxalement le théâtre n’est plus au cœur de la cité depuis les années soixante-dix. Pour le dire vite – depuis quelques décennies nous vivons une véritable révolution anthropologique.

Montbéliard, un pays, une âme

L’agglomération du pays de Montbéliard porte en elle la mémoire de ses origines. Les empreintes de ce qui l’a fait naître et grandir, sont inscrites dans le paysage et ne demandent qu’à livrer leur histoire. De nombreux sites et musées animent ce riche patrimoine et vous invite à la découverte d’une aventure humaine hors du commun. Une terre d’accueil généreuse et inventive qui, au sein de l’Aire Urbaine, s’inscrit au rang des principales étapes de la métropole Rhin-Rhône, ligne de convergence au cœur du réseau européen.

Leptis Magna, un rêve de Rome en Afrique

A elles seules, les images de la grande basilique ou du forum de Leptis Magna sont un voyage dans le temps. A partir de ce site archéologique exceptionnel, des travaux des scientifiques sur place et d’importantes reconstitutions en 3D,l’ambition du film est de pouvoir rendre ce qu’a été cette civilisation romaine d’Afrique, qui a essayé de domestiquer le désert avec des projets agricoles et militaires d’une ampleur qui fascine encore aujourd’hui.

Vermisst, portés disparus

Ils étaient plus de 130 000 Alsaciens et Mosellans incorporés de force dans l’armée allemande, dans une Alsace-Moselle annexée de fait depuis 1940. De jeunes vies précipitées dans la guerre, entre la Norvège, la Roumanie, la Pologne, la Russie.

10 à 12 000 d’entre eux ont disparus au front ou dans les camps soviétiques… des vies brisées et pour les familles, des questions sans réponses.

 

65 ans après la fin de la guerre leurs veuves, leurs enfants, frères, sœurs, neveux  ou nièces sont toujours sans nouvelles de ces milliers de soldats Alsaciens et Mosellans disparus, le plus souvent derrière l’ancien rideau de fer.

Que sont devenus ces maris, pères, fiancés ou frères ?

 

Ils sont nulle part, disparus,  quelque part à l’Est de l’Europe, dans les Balkans, en Autriche,  en Italie,  le plus souvent sans sépulture.

L’espoir d’un retour s’est évanoui, mais comment avancer avec ces trous dans les histoires familiales ?  Comment faire le deuil d’un disparu ? A travers d’émouvants  témoignages le film  « Portés disparus  » de Monique Seemann et Laurent Lutaud nous raconte la difficulté de vivre avec ces blessures de la mémoire.

Albert Schweitzer, autopsie d’un mythe

À travers les différentes facettes de la personnalité de Schweitzer, c’est également la portée de son travail et son écho au 21ème siècle qui seront abordés. Son concept de “Respect de la vie“ et ses prises de position en faveur de la paix pourraient se révéler plus actuelles que nous ne le pensons dans le contexte actuel des problématiques environnementales et des guerres incessantes.

L’union et la force

L’Europe n’a jamais progressé que dans la crise. En quelques mois, l’Europe a dû faire face à une  série de crises majeures auxquelles elle a essayé de répondre d’une seule voix : Elle a montré qu’elle pouvait être une puissance. Mais l’essai reste largement à transformer à Gaza où elle n’a joué aucun rôle, et semble être retombée en léthargie avec la présidence tchèque de l’Union. A travers les contributions de nombreux acteurs majeurs de l’Europe politique, ce film interroge le rôle et l’avenir de l’Europe à la veille des élections législatives de 2009.

La Tombe 33, un mystère égyptien

Dans la vallée des morts, en Egypte, la Tombe 33 est la plus vaste de toute la région. Ce n’est pourtant pas la tombe d’un roi. Pourquoi Padiaménopée, bibliothécaire d’un pharaon de la 26 ème dynastie a-t-il choisi une tombe aussi imposante?  A quoi servaient les centaines de mètres de fresques couvertes d’hiéroglyphes ? 130 ans après une première ouverture par un égyptologue allemand, deux chercheurs strasbourgeois vont tenter de percer le secret de la tombe 33.

CLARA B.

Réalisé à partir d’images d’archives, Clara B. est un portrait fictif d’une femme photographe née au début du 20ème siècle à Strasbourg. Rebelle et anticonformiste, elle est déterminée à vivre la vie qu’elle s’est choisie malgré sa famille et l’ordre établi. Par son métier, elle est un témoin sensible des péripéties de l’histoire européenne. Une réflexion sur les images et la mémoire du 20 ème siècle.

Comment nous sommes tous devenus Américains

Qui veut découvrir l’Amérique n’a pas besoin de voyager loin. Il suffit d’un tour d’Europe, les yeux ouverts, l’esprit sans préjugé, la mémoire rafraichie par quelques images : le film propose une enquête historique et politique en Europe sur la mise en place et le maintien de l’influence des Américains depuis l’instauration du plan Marshall en 1947. Le film qui enquête dans différents pays d’Europe sur les signes et les réseaux d’influence, est étayé par les témoignages de personnalités historiques ou emblématiques et de nombreuses archives audiovisuelles

LENDEMAINS DE GUERRE EN ALSACE 1945-1955

Combien de temps faut-il pour sortir d’une guerre ? Comment se reconstruire et tout reconstruire ? Qu’en est-il dans une région particulièrement meurtrie comme l’Alsace ? Autant de questions peu abordées à ce jour, et qui le sont pour l’une des premières fois dans le cadre d’un film documentaire.

La paix des voisins -1945-

Entre novembre 1944 et mai 1945, le Nord de l’Alsace a été libéré une première fois en décembre 1944, avant d’être réoccupé par les troupes nazies pendant près de deux mois, puis d’être définitivement libéré à la mi-mars 1945. Ces « libérations/occupations », selon le côté de la frontière où vivaient les témoins, ont marqué les esprits jusqu’à aujourd’hui…

Alsace, terre étrangère

Michel Deutsch, l’un des plus grands écrivains de théâtre français contemporain, s’est longuement interrogé sur « cette entreprise singulière que fut l’Alsace » … et sur ce qu’elle n’est peut-être plus.
« Alsace, terre étrangère », son premier film documentaire, se veut un « road movie » de celui qui revient et se rend compte qu’il est devenu étranger chez lui. ; un essai documentaire qui constituerait – dix ans après – un nouveau chapitre de son livre « l’Alsace dans le désordre ».

SOCHAUX, UNE USINE, UN CLUB

Le film raconte, à partir d’images d’archives inédites et de témoignages, l’épopée du FC Sochaux-Montbéliard et en particulier ses liens avec l’usine Peugeot. Liens géographiques, liens affectifs puisque bon nombre d’ouvriers de Peugeot considèrent ce club comme le leur, mais surtout liens historiques et sociologiques.

DE SI BONS AMIS, 40 ans de relations franco-allemandes

En dévoilant ce que pensent, aujourd’hui, ceux qui participèrent aux sommets franco-allemands, le film nous fait prendre conscience que, si elle est unique, l’histoire des rapports franco-allemands  n’a jamais été simple.
Ce qui, à l’heure actuelle, peut faire figure de routine et d’évidence dans les rapports entre les deux pays ne l’a pas toujours été. C’est à des hommes exceptionnels, ayant souvent bravé l’opinion majoritaire de leur temps, que l’on doit cet axe franco-allemand qui, malgré les crises et les critiques, reste un moteur essentiel pour l’Europe. C’est sur des rencontres plus affectives qu’il n’y paraît entre des personnalités souvent très différentes qu’ont pu se fonder la réconciliation et l’amitié franco-allemande : Charles de Gaulle et Konrad Adenauer – les artisans du traité de l’Élysée –, Valéry Giscard d’Estaing et Helmut Schmidt, Helmut Kohl et François Mitterrand…

1942 EN ALSACE, enquête de mémoire

L’arrêté du Gauleiter Wagner décrétant le 27 Août 1942 l’incorporation forcée des Alsaciens dans l’armée allemande marque l’une des pages historiques les plus douloureuses pour la région.
Voici désormais les « malgré-nous  » contraints de se battre dans un uniforme étranger et parfois de verser leur sang pour une cause, une patrie qui n’est pas la leur… Mais en 1942 quel était réellement le quotidien de la guerre en Alsace, quels événements, petits et grands, ont permis cette infamie ? Rythmant l’enquête rigoureuse de l’historien Alfred Wahl et nombre de témoignages poignants ce documentaire nous plonge dans une période qui, aujourd’hui encore, marque l’inconscient de l’Alsace.

Robin Hunzinger signe un film de 52 minutes fort, émouvant et essentiel pour comprendre cette année 1942, déterminante en Alsace.Un film de Robin Hunzinger et Alfred Wahl