Les îles du futur

Une série documentaire – Längengrad / Arte GEIE

Un jeu documentaire – Seppia / Arte Future

Ce dispositif transmédia se compose d’une série documentaire et d’un jeu documentaire. Les films nous présentent 5 îles européennes qui ont réussi leur transition vers l’autonomie énergétique.

Le jeu documentaire propose aux internautes la gestion économique et écologique d’une île virtuelle. Répartis en archipel, les joueurs devront faire de leur île le meilleur exemple de développement durable en s’inspirant des exemples de la série. Le jeu repose sur une mécanique sociale de transmission de connaissances et de savoirs- faire entre les joueurs des différents archipels. Une mise en pratique virtuelle de ce qui devrait être fait à échelle réelle sur notre continent.

Jungle d’eau douce

À travers des images inédites, l’histoire que nous racontons est digne d’un conte dont l’intrigue se situe à deux pas de chez nous.

C’est un petit miracle écologique qui se produit dans une ancienne gravière, à première vue banale, des bords du Rhin. À l’abri du regard des hommes, cette gravière tombée dans l’oubli s’est transformée en un refuge pour de nombreuses espèces dont certaines sont rares et menacées. Un refuge qui doit être protégé afin qu’il ne soit pas détruit – par ignorance ou par mégarde.

Pendant toute une année, le film accompagne la vie, la chasse et la reproduction de poissons et d’oiseaux. Des images à couper le souffle et des prises de vues subaquatiques comparables dans leur richesse et leur qualité à celles des zones aquatiques tropicales – et qui montrent au spectateur à quel point la richesse de la nature sous nos latitudes mérite d’être redécouverte et protégée.

ADEME : les éco-manifestations d’Alsace

Foires, festivals, compétitions sportives, spectacles en tout genre… de très nombreuses manifestations sont organisées tous les ans en France. Suivant le type d’évènement, la fréquentation varie de plusieurs centaines à plusieurs dizaines de milliers de spectateurs.

Une activité à la fois ponctuelle et « intensive » nécessitant une gestion des pics au niveau des impacts environnementaux : de par la quantité de publics qu’ils déplacent, les transports et déchets qu’ils génèrent, ou encore les volumes de papier qu’ils impriment…, les festivals sont aussi des émetteurs importants de GES (gaz à effet de serre), alors même que leur impact environnemental est portant facilement réductible.

Les manifestations, et notamment les grands évènements festivaliers, sont des espaces propices à la sensibilisation des publics, et donc des citoyens, au respect de l’environnement et aux bonnes pratiques. Vecteurs de tendances culturelles et porteurs de messages forts, les festivals, tout comme les médias, ont une influence majeure sur le changement culturel et comportemental de leur public.

Une éco-manifestation est un événement qui cherche à diminuer son impact sur l’environnement et qui met son exemplarité à profit afin de sensibiliser ses partenaires et son public.

Cela se traduit concrètement par une recherche de voies alternatives éco-responsables en amont de l’événement, lors de l’événement ainsi qu’en aval de celui-ci afin de réduire les impacts négatifs que la manifestation peut engendrer et d’en dresser le bilan afin de l’inscrire dans une démarche d’amélioration continue d’une édition à l’autre.

Pour faire suite aux nombreuses sollicitations en direction de l’ADEME et de Zone 51 concernant des conseils en matière d’organisation d’éco-événements ainsi que de l’achat de gobelets réutilisables, la décision est prise en 2011 de créer une mission dédiée à l’accompagnement des organisateurs de manifestations qui souhaitent adopter des pratiques plus éco-responsables.

Jungle d’eau douce

André Weckmann, à mains nues

Les véritables poètes sont, de nos jours, devenus chose rare. En Alsace pourtant, un homme s’attelle depuis plus d’un demi siècle à pratiquer cet art.

Cet homme possède trois cultures et il maîtrise trois langues. Le Français, l’Allemand, l’Alsacien. Engagé depuis toujours dans la défense de ses racines populaires, contre la guerre, pour l’écologie, l’éducation, l’art et la culture, il a traversé avec brio les trois quarts d’un siècle très agité. Amoureux des mots, il a su, tout au long de sa vie, façonner son langage propre pour exprimer de toutes ses forces une résistance affirmée à l’oppression, de toute origine.

Âgé de 86 ans, André Weckmann est un être humain remarquable. Admiré en Suisse et en Allemagne, placé dans ce pays aux côtés des plus grands écrivains dans le Panthéon littéraire, il reste pourtant encore très méconnu dans sa région natale, l’Alsace, auprès d’une grande partie de la population.

Voyage entre Sol et Terre

Claude et Lydia Bourguignon, ingénieurs agronomes, proposent de revisiter toute une série de pratiques agricoles. Ils étudient le sol plus encore que la terre et ils passent les deux tiers de l’année à le fouler en France et à l’étranger et à y creuser des trous.

Ils observent, sentent, goûtent la terre avant d’en extraire des échantillons à différentes profondeurs sur lesquels ils effectuent des réactions chimiques sur place pour en définir la composition.

Puis, ils les étudient au microscope dans le coffre de leur véhicule tout terrain avant de les ensacher pour une observation plus précise dans leur laboratoire en Bourgogne. Leurs conclusions vont bien au-delà de la simple production.

Les origines de la pomme

Comment un antique pommier sauvage kazakh pourrait nous sauver des pesticides.

Mais d’où vient la pomme du jardin d’Eden ? Réalisé par Catherine Peix, « Aux Origines de la pomme » nous emmène dans les montagnes du Tian Shan, au Kazakhstan où les premiers pommiers seraient nés, il y a 165 millions d’années. On trouve dans ces forêts épaisses d’arbres qui peuvent atteindre plus de trente mètres de haut et vivre plus de trois cents ans, des pommiers sauvages : les Malus sieversii. Leurs pommes sont non seulement comestibles et savoureuses, aux couleurs et aux goûts variés, mais elles ont su développer des résistances exceptionnelles aux maladies et, en particulier, au fléau numéro un du pommier : la tavelure. Quel est donc le secret de la résistance de Malus sieversii ? Avec le film de Catherine Peix, on découvre que la pomme des origines possède un ensemble de gènes de résistance qui s’est perdu au cours du long processus de domestication des pommes, lors de leur voyage depuis l’Asie jusqu’à l’Europe. Cette enquête scientifique et historique relate le parcours  d’un savant kazakh, Aymak Djangaliev, qui se consacra toute sa vie à l’étude et à la protection de Malus sieversii. Mais il souligne aussi les enjeux contemporains essentiels de la découverte de cette pomme. À l’instar de la pomme Ariane conçue par l’INRA à Angers, Malus sieversii n’offre t-elle pas la possibilité d’une nouvelle arboriculture qui, par hybridation naturelle avec des espèces sauvages résistantes, pourrait créer des pommes domestiquée « bio », cultivée sans pesticide ?

Éco-Crimes : Tibet connection

Saviez-vous que le commerce des peaux et os de tigres rares est plus rentable que celui de l’héroïne ?

Sous l’eau, les pieds sur terre

À travers une dizaine d’histoires au fil des quatre saisons, ce film propose de faire découvrir, sur les pas du plongeur Serge Dumont,un monde jusque là méconnu : les milieux subaquatiques du Rhin et de ses affluents.

Éco-Crimes : Tueurs d’ozone

Le croiriez-vous si l’on vous disait qu’à Miami, les « tueurs d’ozone » constituent les marchandises de contrebande les plus fréquentes après la cocaïne ?

Éco-Crimes : Pirates des poissons

Cette guerre inconnue se passe dans le sud d’Océanie, dans une mer riche de poissons autour de l’Antarctique. Ses victimes sont les poissons à dents de Patagonie très prisés aux Etats-Unis, au Japon et en Chine pour leur chair blanche et ferme avec peu d’arêtes. Cette entreprise lucrative a attiré des pêcheurs « illégaux » qui ne respectent ni les quotas ni les lois de la pêche. Ces pirates et les hommes derrière eux deviennent des milliardaires. Leurs méthodes sans scrupules menacent non seulement la subsistance des pêcheurs légaux mais aussi tout l’écosystème marin.