Réalisé par : Isabelle Brunnarius et Laurent Brocard

Septembre 2016. Ils ont une vingtaine d’années et font leur rentrée au lycée agricole Lasalle de Levier (Doubs). À quelques kilomètres de là, d’autres élèves reprennent également les cours au Centre de Formation des Apprentis du lycée agricole de Dannemarie-sur-Crête (Doubs). Pendant deux ans, ils vont préparer leur BTS « Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole ».

Ils s’apprêtent à aller en cours, en stage et pour certains chez leurs maîtres d’apprentissage. Certains sont fils ou filles d’agriculteurs. Leur projet de vie est de reprendre une exploitation qu’elle soit familiale ou non. Céréaliers, producteurs laitiers, éleveurs… tous seront pris en tenaille entre la loi des marchés internationaux et les exigences environnementales. Leurs professeurs, eux, doivent appliquer le nouveau programme « enseigner à produire autrement » lancé depuis 2014 par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. L’Etat veut engager l’agriculture française sur la voie de l’agro-écologie. Autrement dit, il s’agit de produire dans une logique qui remet en cause les pratiques et les certitudes des agriculteurs qui ont été formés dans les années 60. Pendant deux ans, nous serons aux côtés de certains de ces élèves. Nous les suivrons en cours, sur la ferme de leur lycée, en stage, chez eux. Comment vont-ils appliquer cet enseignement qui remet en cause leurs certitudes, celles de leurs parents, de leur maître d’apprentissage ? Quels sont les blocages ? Cette transition bouscule aussi les repères des enseignants. De la rentrée 2016 à la remise des diplômes en 2018, nous aurons observé leurs enthousiasmes, leurs résistances, leurs doutes et nous aurons aussi cherché à comprendre de l’intérieur cette transition du monde agricole.